Un centre aquatique communautaire

Décidée par le Conseil Communautaire en 2010, la construction d'un centre aquatique répond à plusieurs objectifs :
- permettre l’apprentissage de la natation pour les scolaires,
- assurer la pratique sportive pour tous les publics,
- offrir un lieu d’activité ludique pour les différentes générations.


Afin de lancer officiellement les travaux, la pose de la première pierre du centre aquatique communautaire a été organisée samedi 18 janvier 2014. Voir les photos
Les travaux de construction devraient s'achever à l'été 2016. Suivez l'évolution de la construction

Un centre aquatique communautaire

Présentation du projet architectural

Après une procédure de concours, l’équipe de maîtrise d’œuvre qui réalisera le centre aquatique communautaire a été choisie fin octobre 2012. Il s’agit du groupement composé de l’architecte Atelier Arcos Architecture, de Bac, Artelia, Icegem et A.Taravella.

Un centre aquatique communautaire
Les points forts du projet
Le premier atout de ce projet est sa forte intégration au site de Rochilly, à Brignais, où sera implanté le centre aquatique. En effet, il est construit sur 2 niveaux qui permettent de bien s’adapter à la pente naturelle du site, sans pour autant créer de problèmes de fonctionnalité.
Le projet retenu garantit une très bonne fonctionnalité entre ces espaces, et permettra notamment d’ouvrir le centre à différents publics sur des plages horaires simultanées : scolaires et publics ou associatifs par exemple, en garantissant des zones dédiées à chacun.
Enfin, le projet répond aux exigences concernant la prise en compte des aspects environnementaux, énergétiques et financiers.

Un centre aquatique communautaire
Le bâtiment comprendra plusieurs zones :
• La zone bassin composée du bassin sportif (6 lignes d’eau de 25 m), du bassin d’apprentissage, du bassin de loisirs et de la pataugeoire,
• L’annexe baigneurs réunissant les vestiaires individuels, collectifs, les douches et sanitaires,
• La zone bien-être équipée d’une salle de cardio-training, de sauna, hammam, douches émotionnelles et d’un espace détente,
• Les locaux administratifs, du personnel et associatifs, et les locaux techniques.

Plans disponibles en téléchargement :
00_pro_brignais_plan_de_masse_paysager_1.pdf Plan de mass...  (537.55 Ko)
vue_en_plan_du_niveau_bassin.pdf Vue en plan du nivea...  (1.97 Mo)
04_coupes_1_.pdf 04_coupes[1].pdf  (1.52 Mo)

Un centre aquatique communautaire

Rencontre avec l’architecte Philippe Gautier, Arcos Architecture

Quels ont été les éléments majeurs qui ont guidé la conception du projet ?
La conception du Centre Aquatique a été guidée par la volonté de créer un équipement sport-loisirs de tout premier ordre, porteur de convivialité et de modernité, un lieu attractif permettant d'accueillir et de satisfaire un public large et varié, de créer un équipement compact garant d’une bonne fonctionnalité et d’une gestion optimum.
Son architecture contemporaine, simple mais imposante fédère l'ordonnancement des bâtiments et affirme un signal à l’échelle du paysage. L’organisation des espaces doit permettre aux usagers une compréhension instinctive de la fonctionnalité et de l’architecture.

Quels sont les éléments d'intégration propre au site d'implantation que vous avez utilisés pour réaliser le projet ?
La volonté de mise en scène du site au service des futurs usagers a servi de support à la conception du projet.
La composition architecturale et paysagère répond par sa géométrie et sa fragmentation aux objectifs de dialogue visuel nécessaires à sa parfaite inscription dans le site.
L’impact lointain du projet sur le grand paysage est souligné par les lignes horizontales accompagnées des murs d’enclos et des haies bocagères.
Les lignes de crêtes servent de point d’appui à la composition du bâti.
Le projet d’implantation du Centre Aquatique propose un double enjeu paysager à l’échelle du grand paysage et du maillage du tissu interstitiel.
Afin d’optimiser la déclivité naturelle du terrain, le projet s’organise sur deux niveaux pour créer des volumes à l’échelle du bâti existant, et offrir une transparence et un effet panoramique sur les bassins et au-delà, sur le paysage environnant.
Son implantation dans la partie Sud-est du terrain permet de conserver la continuité des espaces boisés classés, de protéger les riverains et d’ouvrir les plages végétales vers le Sud pour profiter de la vue et d’un ensoleillement maximum. Le parking inscrit dans les trames paysagères, largement planté d’arbres et de haies, crée un écran protecteur.
Les murs existants conservés, les haies et massifs végétaux protègent les plages des regards et des vents. L’environnement végétal sera largement renforcé afin que le projet soit perçu comme un écrin dans une oasis de verdure.

Comment votre projet s'intègre-t-il dans le cadre environnemental ?
Le projet favorise la relation harmonieuse avec l’environnement et s’inscrit dans une démarche de développement durable.
L’implantation sur la parcelle utilise la pente naturelle du terrain en limitant les mouvements de terre. L’orientation des façades bénéficie du soleil, ressource « gratuite » qu’offre l’environnement, garante d’une ambiance chaleureuse.
La ventilation naturelle, selon l’orientation des vents et les brise-soleil permettent de maitriser le confort thermique tout en profitant d’une luminosité optimum.
La morphologie des volumes bassins est de nature à éviter les phénomènes de réverbération. Une large part sera donnée au bois, matériau naturel à fort potentiel symbolique, en tant qu’élément structurel mais aussi en élément décoratif intérieur pour assurer un traitement acoustique spécifique et performant.
La conception technique et énergétique du projet est orientée sur la performance de l’isolation thermique, la limitation des consommations et l’utilisation de récupérateurs d’énergie.
Les procédés constructifs simples sont axés sur la pérennité des matériels et matériaux employés ainsi que la facilité de maintenance.

Un centre aquatique communautaire

Limiter les consommations énergétiques et privilégier les matériaux durables

Les études de conception ont permis à la CCVG d’effectuer en avril 2013 quelques choix majeurs pour la suite de la réalisation du centre aquatique. L’état d’avancement devrait permettre une consultation des entreprises d’ici la fin de l’année 2013, pour un démarrage des travaux au premier trimestre 2014.

Les bassins
Les élus communautaires ont opté pour que le bassin sportif (6 lignes d’eau de 25 m de long) soit réalisé en inox brut. Ce procédé permettra d’améliorer l’entretien futur du bassin en évitant les problèmes liés aux joints du carrelage d’une part, et d’en faciliter la déconstruction lorsque le bâtiment sera en fin de vie.

L’énergie de chauffage
La production de chaleur est un enjeu capital dans le fonctionnement d’un centre aquatique. Afin d’inscrire le projet dans une démarche de développement durable, les élus communautaires ont choisi de mettre en place une chaufferie bois. Par rapport à une chaufferie gaz, cette solution présente un double avantage :
• C’est une énergie renouvelable.
• L’impact environnemental est limité, en particulier si l’on considère les émissions de gaz à effet de serre et l’approvisionnement auprès d’une filière bois locale.
Suivant les locaux, le chauffage sera assuré par radiateurs ou soufflage d’air chaud.

Rencontre avec Patricia Coulon - ARTELIA, bureau d’étude fluide de la maîtrise d’œuvre.

« Afin de limiter au maximum les besoins énergétiques, nous avons intégré les éléments suivants dès les phases d’avant-projet :
• Valorisation de l’énergie d’évaporation des bassins par la mise en place d’un groupe thermodynamique à compresseur électrique permettant le préchauffage de l’air du hall bassins.
• Mise en place, au niveau des centrales de traitement d’air, d’échangeurs à plaque ou à roue entre air neuf et air extrait permettant d’obtenir des conditions confortables pour les utilisateurs (bon taux de renouvellement d’air hygiénique, bonne régulation des températures, ainsi que, pour le hall bassin, maîtrise des conditions hygrométriques et de la condensation).
• Récupération du potentiel énergétique des eaux «grises» (issues du renouvellement d’eau des bassins et des eaux usées des douches) par mise en place d’un ballon tampon d’eaux usées tièdes muni de serpentins en inox permettant de préchauffer l’eau froide sanitaire y circulant.
• Amélioration des consommations d’éclairage par la mise en place de luminaires à faible consommation d’énergie couplés à des systèmes de détection de présence et des gradateurs d’intensité lumineuse raccordés à des capteurs de luminosité permettant de prendre en compte l’apport de lumière naturelle.
• Mise en place de variateurs de vitesse permettant de piloter les moteurs des auxiliaires et d’optimiser les consommations électriques.
• Installation de récupérateurs d’eau pluviale pour permettre l’arrosage des pelouses et du solarium végétal.
Au global, les différentes optimisations techniques envisagées doivent permettre de réduire de moitié les besoins énergétiques du bâtiment, les plafonnant à une valeur de l’ordre de 1300 MWh/an.»

Un centre aquatique communautaire

La maîtrise des émissions sonores

Rencontre avec Albino TARAVELLA, Ingénieur-conseil en acoustique.
Entretien à télécharger :

Un centre aquatique communautaire

Questions-Réponses sur le centre aquatique

La CCVG a organisé une réunion publique pour présenter le projet architectural du futur centre aquatique de la Vallée du Garon mercredi 30 janvier 2013 à 20h30 au Théâtre de Maison Forte à Vourles.
Ci-dessous la synthèse des échanges qui ont eu lieu avec le public le 30 janvier 2013 :

Un équipement tel que celui-ci a un coût élevé. Quelle sera la retombée pour les habitants ?
Les finances de la CCVG sont indépendantes de celles des communes. La projection budgétaire a été faite sur les années à venir et concernées par le projet. Il n'y aura pas d'incidence pour les habitants.

Quand est prévue l'ouverture du centre ? Une association de riverain a été créée contre le projet : qu'en est-il ?
L'objectif de la CCVG est d'ouvrir le centre aquatique pour le 4ème trimestre 2015.
Concernant l'association du quartier de Rochilly, son président fait parti du comité consultatif qui a été créé il y a un an.

Comment l'accès des véhicules est-il prévu ? Un accès par l'Est du terrain ? Une halte ferroviaire ?
L'accès des véhicules est prévu par le chemin de la Lande avec un stationnement sur le site.
Un projet se fait par couches. Une étude de circulation de faisabilité avait été réalisée en 2011. Les conclusions de l'étude montraient que le site pouvait accueillir le centre aquatique, que la densité de circulation induite par le projet était faible, mais que le secteur présentait plusieurs points de dangerosité. Une étude plus poussée va maintenant être lancée afin d'étudier plus précisément les « points noirs » du secteur et les solutions à mettre en oeuvre. L'étude doit fournir ses résultats sous 3 mois. Ceux-ci seront présentés au prochain comité consultatif. La compétence voirie est une compétence communautaire, et la CCVG s'engage à réaliser les travaux avant l'ouverture du centre aquatique.
Concernant l'accès par l'Est, il faut avoir en tête que la parcelle d'implantation a une surface de 4 ha sur une zone de réserve foncière de 25 à 30 ha. Il est alors nécessaire de prévoir des options pour le futur. Cet accès pourra être ouvert dans le futur, mais pour l'instant, les études ont montré qu'il n'était pas nécessaire.
Les trajets empruntés par les scolaires ne sont pas encore définis précisément, ils le seront à la suite de l'étude.
La création d'une halte ferroviaire qui serait située à mi chemin entre les gares de Chaponost et Brignais a été évoquée avec la directrice de la SNCF. Celle-ci n'a pas indiquée d'opposition de principe.
Concernant les modes doux, il est envisagé de traverser le parc situé au Nord de la parcelle. Ce parc deviendra un espace public qui sera raccordé par un cheminement au centre aquatique, et séparé par une haie.

Il y a une forte circulation sur le chemin de la Lande. Une entrée sur cet axe semble présenter des risques d'accident.
La Fréquentation Maximale Instantanée (FMI) est de 675 baigneurs. Il s'agit de la même que pour la piscine existante à Brignais. L'impact sur le trafic routier a été estimé lors de l'étude de faisabilité inférieur à 100 véhicules par heure, ce qui le rend perceptible, mais non majeur. Le concepteur a prévu deux accès distinct correspondant à l'entrée et à la sortie. Les modalités précises de ces accès devront être définis au cours de l'étude de circulation.
M.WOLF se présente en tant que président de l'association du quartier de Rochilly et précise que les principaux sujets d'inquiétude des riverains concernent la circulation, les accès et le stationnement.

La FMI est la même que pour l'actuelle piscine de Brignais, or l'une est communale alors que l'autre concerne toute la CCVG. L'équipement permettra-t-il d'accueillir tous les scolaires de la CCVG ?
Oui, tous les scolaires de la CCVG, de la grande section de maternelle à la Terminale seront accueillis par le centre aquatique. Le dimensionnement permet même de répondre au-delà de cette demande en libérant des créneaux pour d'éventuels scolaires hors CCVG. La surface de plan d'eau nécessaire aux scolaire est de 500 m2. La CCVG a prévu 705 m2 de plan d'eau (réparti sur 4 bassins), ce qui correspond à une population de 100 000 habitants. Aussi, le dimensionnement correspond bien au bassin de population de la CCVG et premières villes voisines.

Quelle est l'urbanisation prévue du secteur ?
Une étude d'insertion paysagère et d'urbanisation a été réalisée courant 2011. Elle donne des pistes d'aménagement du territoire. Brignais devra urbaniser avec qualité, et l'étude réalisée guidera la suite de l'urbanisation. Celle-ci se fera à un rythme contrôlé.

Quel sera le mode de gestion ? Combien de personnes sont prévues pour faire fonctionner le centre ?
Le choix du mode de gestion n'est pas encore tranché et est à l'étude. Le comité participatif sera consulté sur le sujet. Il existe plusieurs solutions, mais quelque soit celle qui sera retenue, elle respectera les engagements pris vis-à-vis des scolaires et des associations. Le choix n'est pas « nécessaire » avant fin 2013.
Le centre aquatique nécessite une vingtaine de personnes pour fonctionner.

Quel est le fonctionnement prévu des vestiaires collectifs ?
Il y a 4 vestiaires collectifs séparés chacun en 2 sous-vestiaires de 15 personnes permettant une non mixité. Chaque vestiaire est équipé d'armoires collectives permettant de ranger les affaires d'une classe sans pour autant fermer le vestiaire qui peut alors être utilisé par la classe sortante. Les classes de lycée pourront utiliser les vestiaires individuels.

Est-il prévu que les bassins soient découvrables ?
Non, tous les bassins sont exclusivement intérieurs. Des portes fenêtres pourront cependant être ouverte en été afin de permettre l'accès au solarium extérieur et une ventilation naturelle de la halle des bassins.

Est-il prévu un espace restauration ?
Non, seulement un espace équipé de distributeurs.

Quel est la capacité du stationnement ? Stationnement des 2 roues ?
Le parking possède 231 places auquel s'ajoute 40 place de stationnement pour les 2 roues. A titre de comparaison, le parking de la piscine d'Alaï compte 150 place. Le nombre Initialement préconisé par le programmiste a été augmenté.

Le traitement de l'eau est-il prévu au chlore ?
Oui, et lorsque la conception est bien faite, ce système fonctionne très bien. Il y a eu de mauvaises conceptions dans le passé, mais aujourd'hui, il est possible de traiter correctement. Notamment la filtration par billes de verre, tel que prévu ici, préserve des odeurs et des picotements. Il est à noter que tous les traitements contiennent du chlore. L’établissement est conçu pour réduire au maximum le taux de chloramine.

Quel est l'avenir de l'ancienne piscine de Brignais ?
C'est une piscine extérieure, et dans les faits, elle est utilisée 2 mois par an. Au bout de 45 ans, elle a bien vieilli mais les frais de mise aux normes deviennent trop importants. La zone étant classée inondable, il n'y a pas de construction possible. Pour l'avenir, le site restera dédié au sport.

Rappel des étapes du projet

Le pré-projet, validé par le Conseil Communautaire en 2010, a été présenté à l'occasion d'une réunion publique le 14 décembre 2010.

Le programmiste retenu par la CCVG fin décembre 2010 a rédigé le programme technique détaillé décrivant précisément les besoins, tant quantitatifs que qualitatifs, les exigences, les priorités et les contraintes de l’opération. Il a été présenté à l'occasion d'une réunion publique le 6 juillet 2011.

Le concours de maîtrise d’œuvre a été lancé à la fin de l’été 2011.

Une réunion publique pour informer la population sur l'avancée du projet a été organisée le 25 avril 2012.

L'équipe de maîtrise d’œuvre qui réalisera le centre aquatique communautaire a été choisie fin octobre 2012. Il s’agit du groupement composé de l’architecte Atelier Arcos Architecture, de Bac, Artelia, Icegem et A.Taravella. A partir du projet tel qu’il a été dessiné par l’architecte lors du concours, une phase d’échange entre l’équipe de maîtrise d’œuvre et la CCVG a eu lieu pour affiner le projet afin qu’il réponde au mieux aux attentes. Au cours de cette phase, comme tout au long de la suite du projet, le comité consultatif, composé de représentants des futurs utilisateurs ainsi que des riverains, a été réuni pour exprimer ses attentes. Enfin, c’est aussi au cours de cette phase que les études techniques ont être approfondies par l’équipe de maîtrise d’œuvre pour choisir notamment le type d’énergie utilisée pour faire fonctionner le centre ou encore le mode de traitement de l’eau.

Le projet architectural a été présenté à l'occasion d'une réunion publique le 30 janvier 2013.


 


CCVG

Créée le 23 décembre 1996, la Communauté de Communes de la Vallée du Garon (CCVG) regroupe cinq communes du Rhône sur un territoire de 50 km² : Brignais, Chaponost, Millery, Montagny et Vourles.